24 novembre 2019

Carré militaire français du Clion-sur-mer

Par Cyrille
Partagez cet article

Un carré militaire est présent au cimetière du Clion-sur-Mer. Il compte 15 tombes de soldats.

Carré Militaire du Clion

BALSA Lucien Frédéric 29/03/1918
BETEAU Pierre Aimé Alexandre 01/01/1919
CHAMPY Gilbert 27/04/1918
DECOURTY Paul Stanislas 23/03/1918
DUCEPT Gabriel Edmond Joseph 08/09/1919
GIRAUDO Bienvenu 16/10/1918
GRESELLE Henri Alfred 24/10/1919
LOYER Pierre Marie 06/04/1918
MAUCORPS Jack William 23/10/1919
QUESNEL Georges Émile 04/01/1918
REIGNAUD Léonard 10/08/1918
RICAUT Élie Joseph 04/12/1917
SUREAU Jean Alexandre 12/08/1918
TIRARD Octave Ferdinand Eugène 20/06/1918
TROUCHASSOU Jean 18/09/1917

Ces 15 soldats sont tous décédés à l’Hôpital N°65 du Clion.
Inconnu du grand public il s’avère que cet hôpital complémentaire occupait les locaux de l’auberge de la Fontaine au Bretons anciennement Ecole de St Joseph .

L’hôtel restaurant L’Auberge La Fontaine aux Bretons aujourd’hui

Je vous propose de faire un petit retour sur cette période.

Le 2 août 1914, le gouvernement français décrète la mobilisation générale. Toutes les communes de France sont concernées et le Clion-sur-Mer n’y échappe pas. Créés par la circulaire du 12 septembre 1914 afin de stopper les abus dans les congés de convalescence et libérer les hôpitaux surchargés de blessés qui sont à peu près rétablis. Après un court séjour (15 jours environ), les militaires guéris seront renvoyés au front. Ces formations sont dirigées par un commandant militaire et sous le contrôle direct du Service de Santé militaire.
Pour faire face aux milliers de blessés, l’établissement de St Joseph est réquisitionné en août 1914. Sa situation face à l’océan en fera un établissement spécialisé sur les maladies pulmonaires. Les premiers convalescents débarquèrent par train en septembre 1914. Il sera actif du 7 septembre 1914 au 4 avril 1921 et accueillera jusqu’à 400 lits.

Le 25 mai 1921, l’hôpital complémentaire n° 65 fermera ses portes.