Archives de catégorie : 1939-1945

Votre aïeul a été blessé : Contactez le SAMHA (Service des archives médicales et hospitalières des Armées)

Le Service des archives médicales et hospitalières des Armées (SAMHA) basé à Limoges conserve les archives médicales produites par les hôpitaux et formations sanitaires et militaires ayant fonctionné en France et dans les anciennes colonies. Le fonds conservé pour la Première Guerre mondiale des archives des postes de secours régimentaires aux hôpitaux de l’intérieur, en passant par les hôpitaux d’orientation et d’évacuation (HOE), représente près de 6 kilomètres linéaires de documents.

Pour effectuer une recherche, vous pouvez contacter directement ce service à l’adresse suivante :

Service des archives médicales hospitalières des Armées – 23 rue de Châteauroux – B.P. 21105 – 87052 Limoges Cedex 2
Tél. : 05 55 12 12 40 ; télécopie : 05 55 77 51 76
Courriel : exploitation.samha@orange.fr ou samha@orange.fr

votre demande accompagnée de :

  • la fiche matricule de ce soldat (archives départementales du lieu de naissance ou de recrutement). Indispensable à ce service pour entreprendre des recherches.
  • votre adresse postale.
  • pour respecter les règles et la législation en vigueur régissant la communication de document à caractère médical, faire parvenir la preuve de son décès et, si ce dernier date de moins de 25 ans, des justificatifs de lien de parenté ainsi que la copie recto verso de votre carte nationale d’identité.

Guide des sources de la Seconde Guerre mondiale dans l’Aisne

Vous trouverez ci-dessous un état des sources conservées aux Archives départementales de l’Aisne concernant la Seconde Guerre mondiale. Cet état des sources a été réalisé dans le cadre de la publication de l’ouvrage intitulé La Seconde Guerre mondiale : guide des sources conservées en France, 1939-1945, édité en 1994 par la Direction des Archives de France.

Mémorial des Parachutistes FFL et SAS

ls étaient un peu plus de 2000.
2000 Français
qui, parmi d’autres jeunes Français, refusant la défaite et l’outrage de l’armistice, choisirent de suivre ce général inconnu mais visionnaire qui, le 18 juin 1940, avait allumé la flamme de la Résistance française et appelé à continuer le combat.
La France libre et combattante était pour eux la seule France digne d’être suivie, et ils étaient déterminés à l’incarner.

Haute-Garonne : Inventaire du Service de recherche de crimes de guerre ennemis.

Au sortir de la Seconde guerre mondiale, le Service de recherche de crimes de guerre ennemis, ou SRCGE, participe au besoin de panser les plaies du conflit, ainsi qu’à une prise de conscience collective de l’opinion.

Disparues depuis longtemps, ce sont les Compagnons d’Emmaüs Toulouse qui ont retrouvé les archives de la délégation régionale du SRCGE lors du débarras d’un immeuble. Confiées dans un premier temps au Musée de la Résistance et de la Déportation de la Haute-Garonne, elles ont intégré nos fonds en 2017.

Inventaire du fonds de l’amicale de Bergen-Belsen

Ce fonds a été confié à la BDIC en décembre 2008 par Françoise Robin et Annette Chalut, membres de cette amicale, et par ailleurs membres de l’Association des internées et déportées de la Résistance (ADIR), qui avait déposé ses archives à la BDIC en 2000 dont cartes au nom de personnes déportées, disparues ou vivantes :
environ 600 fiches cartonnées, accompagnées de photos pour certaines

Guide des recherches dans les archives des spoliations et des restitutions.

Guide des recherches dans les archives des spoliations et des restitutions.

Comment retrouver la trace d’un bien spolié au camp de Drancy, d’un commerce aryanisé, d’un compte en banque bloqué, d’un meuble ou d’un objet d’art pillé pendant la seconde guerre mondiale ? Comment repérer les preuves des restitutions ou des indemnisations de ces biens après la guerre ? A ces questions, le Guide des recherches dans les archives des spoliations et des restitutions propose des réponses en présentant, par institution et par thème, l’énorme masse d’archives conservées sur les Juifs de France. Illustré par des documents inédits, cet ouvrage s’adresse aux familles des victimes comme aux chercheurs. Il explique le dédale des archives et décrit comment les documents sont produits, conservés et communiqués, sans masquer les lacunes documentaires constatées aujourd’hui. Constituant le bilan des sources consultées par la Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France, ce guide plonge dans un passé qui ne laisse personne indemne, tant est impressionnante la quantité de documents produits en vue d’exclure les Juifs de la société française, puis de les réintégrer dans leurs droits.